FAQ

Encore des questions? Ici, tu trouveras les questions et les réponses les plus fréquentes relatives aux symptômes, à la protection et au traitement des verrues génitales (condylomes acuminés), du cancer du col de l'utérus et d'autres types de cancers dans la région génitale.
  • Qu'est-ce que le HPV?

    Ce terme désigne un virus appelé le papillomavirus humain. Il est très répandu et il en existe plus de 100 types. Environ 40 parmi ceux-ci touchent la région génitale. Certains types de HPV provoquent des verrues aux mains et aux pieds, d’autres sont sexuellement transmissibles. Chez ces derniers, on fait la distinction entre deux groupes: les uns provoquent des verrues génitales (condylomes acuminés) ou des verrues orales, les autres peuvent surtout entraîner un cancer du col de l’utérus, mais également un cancer du vagin, du pénis, un cancer anal et pharyngien.

  • Comment puis-je attraper le HPV?

    Les virus HPV génitaux sont transmis par le contact avec la peau et les muqueuses. La plupart du temps, il est transmis lors de contacts intimes ou sexuels, sans avoir des rapports sexuels à proprement parler. Ils peuvent également être transmis dans le cadre de rapports sexuels oraux et infecter ainsi le pharynx.

  • Puis-je attraper le HPV rapidement?

    Les infections par le HPV sont les maladies sexuellement transmissibles les plus fréquentes. 70 à 80% des personnes sexuellement actives attrapent un jour ou l’autre le HPV.

  • Quel rôle jouent les HPV dans le cancer du col de l'utérus?

    Les types de HPV à haut risque peuvent infecter les cellules du vagin, des lèvres de la vulve, de l’anus et du col de l’utérus. Dans la plupart des cas, l’organisme peut éliminer le virus. Si tel n’est pas le cas, le virus provoque dans certaines circonstances des altérations qui peuvent être désignées comme stades précurseurs du cancer. En l’absence de traitement, un cancer peut se développer. Le cancer du col de l’utérus est la forme de cancer la plus fréquemment causée par le HPV. Il est pratiquement uniquement déclenché par les virus HPV: le médecin et chercheur allemand Harald zur Hausen a reçu le prix Nobel de physiologie et médecine en 2008 pour cette découverte.
    Deux types de HPV (16 et 18) provoquent environ 70% des cas de cancer du col de l’utérus; environ 20% sont causés par six types de HPV (31, 33, 35, 45, 52, 58) et les 10% restants sont causés par environ dix autres types de HPV.

  • Qu'est-ce que le cancer du col de l'utérus?

    Le cancer du col de l’utérus est pratiquement exclusivement causé par les virus HPV. En 2008, le médecin et chercheur allemand Harald zur Hausen a reçu le prix Nobel de médecine pour cette découverte. Le cancer du col de l’utérus est l’un des types de cancer les plus fréquents chez la femme et le cancer le plus souvent dû au HPV. En Suisse, le diagnostic du cancer du col de l’utérus est posé en moyenne une fois par jour chez une femme; 80 en meurent chaque année. En outre, le diagnostic des stades précurseurs de haut grade du cancer du col de l’utérus est posé chaque année chez 5’000 femmes en Suisse et celles-ci doivent subir d’autres examens ou des opérations. Le cancer du col de l’utérus se développe sur le col de l’utérus, la partie inférieure de l’utérus. Le cancer du col de l’utérus fait partie des types de cancers qui peuvent être traités avec succès lorsqu’ils sont décelés précocement. Il est par conséquent important que chaque femme fasse effectuer des tests de dépistage réguliers par son/sa gynécologue.

  • Quels sont les symptômes d'une infection à HPV?

    In den meisten Fällen treten überhaupt keine Symptome auf und das HPV-Virus verschwindet von selbst. Manchmal kann HPV aber Genitalwarzen (Feigwarzen) oder Krebsvorstufen, z.B. im Gebärmutterhals oder im After, verursachen. Bei Mädchen und Frauen können Auffälligkeiten (zum Beispiel mittels Screening mit einem Pap- oder HPV-Test) im Gebärmutterhals bei gynäkologischen Kontrolluntersuchungen frühzeitig erkannt werden. Bei Jungen und Männern sind die Warzen auf dem Penis sichtbar.

    Im Analbereich bleibt eine HPV-Infektion oft unbemerkt. Entwickelt sich ein Analkrebs, können verschiedene Symptome wie Blutungen, Juckreiz, Schmerzen oder Schwellung der Lymphknoten in der Anal- oder Leistengegend auftreten.

  • Qu'est-ce que les verrues génitales (condylomes acuminés)?

    Les verrues génitales (condylomes acuminés) sont des excroissances présentant l’aspect d’un chou-fleur (elles sont parfois également plates) qui peuvent se former dans la région génitale ou au niveau de l’anus. En fonction des pratiques sexuelles, le virus HPV peut cependant également être transmis dans la région orale. Les verrues sont inoffensives, mais plutôt inesthétiques. Souvent, elles sont indolores; dans de très rares cas, elles peuvent cependant s’accompagner de prurit ou de sensation de brûlure. Le traitement des verrues génitales (condylomes acuminés) dure souvent plusieurs mois à cause des récidives et il est parfois douloureux. Les verrues sont causées à 90% par les HPV de type 6 et de type 11.

  • Les HPV causent-ils d'autres types de cancers en plus du cancer du col de l'utérus?

    Oui, en plus du cancer du col de l’utérus, ils jouent également un rôle dans le développement de quelques autres types de cancers. Cela s’applique à une partie des cancers anaux, des cancers du vagin, des cancers du pénis et des cancers du pharynx. Il existe des indices selon lesquels les virus HPV peuvent également favoriser le développement d’autres types de cancers, mais ceci est encore en cours d’examen.

  • Comment peut se développer un cancer à partir d'une infection virale?

    Certains virus HPV peuvent déclencher plusieurs formes de cancers dans la région anale, génitale ou laryngo-pharyngienne. Dans la plupart des cas, l’organisme peut cependant éliminer le virus après une infection. Si tel n’est pas le cas, le virus pénètre dans les cellules de la muqueuse et peut y provoquer des altérations cellulaires qui, dans certaines circonstances, entraînent un stade précoce du cancer. En l’absence de traitement, les lésions cellulaires peuvent soit s’estomper et disparaître d’elles-mêmes ou elles peuvent se propager et évoluer lentement et se transformer en un cancer. Cette évolution peut durer plusieurs années.
    Les stades précurseurs du cancer sont exempts de symptômes. Seuls les stades avancés peuvent, par exemple dans le cas du cancer du col de l’utérus, entraîner des symptômes tels que des hémorragies, des sécrétions vaginales nauséabondes, des douleurs et une perte de poids inexpliquée. La plupart du temps, de tels symptômes ont cependant des causes moins graves.

  • Comment est traité le HPV?

    Il existe un médicament pour éradiquer le virus, mais dans la plupart des cas, l’infection disparaît d’elle-même au bout d’un certain temps (jusqu’à deux ans). Par contre, il est possible de traiter les verrues génitales et les stades précurseurs du cancer en éliminant les cellules anormales (laser, chirurgie, conisation). En général, le traitement des stades précurseurs du cancer du col de l’utérus est bien toléré; cependant, les cicatrices peuvent favoriser des fausses-couches et des naissances prématurées.

  • Comment puis-je me protéger contre le HPV?

    La vaccination peut procurer une bonne protection contre les HPV qui sont en majeure partie responsables des types de cancer causés par les HPV. Les préservatifs n’offrent qu’une protection limitée (env. 70%), étant donné que le virus HPV peut attaquer la peau de la région génitale entière. Les préservatifs réduisent cependant le risque d’infection et sont souvent indispensables afin d’éviter d’autres maladies sexuellement transmissibles telles que le sida ou la syphilis.

  • Contre quoi la vaccination HPV protège-t-elle?

    Deux vaccins différents peuvent protéger contre deux types HPV (HPV de type 16 et HPV de type 18, dits types à haut risque) qui peuvent être responsables de différentes formes de cancers dues aux HPV. L’un des vaccins peut en outre également protéger contre deux autres types HPV (HPV de type 6 et HPV de type 11) qui peuvent causer des verrues génitales (condylomes acuminés).

    On suppose que la vaccination HPV de 80% des jeunes filles à partir de l’âge de 11 ans contribuerait à éviter environ 2’000 traitements des stades précurseurs du cancer chaque année en Suisse, 140 nouveaux cas de cancer du col de l’utérus ainsi qu’environ 50 décès.

  • Ai-je besoin d'une vaccination HPV?

    La vaccination est recommandée par la Confédération pour toutes les adolescentes et les jeunes adultes entre 11 et 26 ans (de préférence avant l’âge de 15 ans) et est remboursée par les caisses maladie. Deux doses entre l’âge de 11 et 14 ans et 3 doses à partir de l’âge de 15 ans sont recommandées pour assurer une protection optimale.

  • La vaccination HPV présente-t-elle des effets secondaires?

    Comme avec tout médicament, il existe un risque d’effets secondaires indésirables. De brefs accès de faiblesse (voir tout noir) en réaction à la piqûre – et non au vaccin HPV – ont été observés.
    Des rougeurs et des douleurs à l’endroit de l’injection peuvent survenir ainsi qu’éventuellement des céphalées de nature transitoire et de la fièvre. Ces effets indésirables s’estompent rapidement. Dans des cas rares, des symptômes dus à une allergie, tels que l’urticaire (<1 cas/1’000) ou des troubles respiratoires (<1 cas/10 000) peuvent être observés.
    Les médecins sont tenus de communiquer les effets indésirables de la vaccination. L’Institut suisse des produits thérapeutiques tient un registre de ces communications et assure ainsi une surveillance permanente de la sécurité des vaccins. De tels instituts existent partout dans le monde.

  • Où puis-je me faire vacciner contre le HPV?

    Chaque canton a son propre programme de vaccination. La meilleure des choses est de t’informer sur la vaccination HPV auprès de ton médecin ou auprès du médecin scolaire. Il peut te donner des renseignements supplémentaires sur le HPV et répondre à tes questions. L’onglet  » Trouver un médecin  » t’aide à en trouver un à proximité.

  • La vaccination HPV est-elle prise en charge par la caisse maladie?

    Les coûts de la vaccination HPV sont pris en charge sans franchise par la caisse maladie pour toutes les jeunes filles et femmes entre 11 et 26 ans, lorsque la vaccination a lieu dans le cadre d’un programme de vaccination cantonal. La vaccination HPV peut également avoir lieu en dehors d’un programme de vaccination, toutefois sans remboursement des coûts. Demande à ton médecin comment la vaccination HPV est réglementée dans ton canton.

  • La vaccination est-elle encore utile lorsque j'ai déjà eu des rapports sexuels pour la première fois et que je suis déjà infectée par le HPV?

    Bien que la vaccination HPV doive avoir lieu de préférence avant les premiers rapports sexuels, la vaccination peut encore être utile après. En tout cas, la vaccination peut protéger contre les types de HPV avec lesquels on ne s’est pas encore infectée. En cas de doutes et de questions, parles-en à ton médecin!

  • Qu'est-ce que le dépistage du cancer ou le screening?

    Les tests de dépistage permettent d’identifier les patients qui présentent un risque accru de contracter un cancer. Le dépistage du cancer du col de l’utérus existe pour les femmes. Aujourd’hui, deux types de test sont possibles en Suisse, le test Pap et/ou le test HPV.

  • Que se passe-t-il pendant l’examen chez le gynécologue?

    Pendant l’examen de dépistage, le gynécologue effectue un frottis dans la région du col de l’utérus et l’envoie ensuite au laboratoire où un test Pap ou un test HPV est effectué. Une association des deux tests peut également être effectuée.

  • Qu'est-ce qu'un test Pap?

    Lors du frottis de Papanicolaou (test Pap), des cellules du col de l’utérus sont prélevées et examinées au laboratoire à la recherche d’altérations pathogènes. Grâce à cette méthode, des cellules anormales et des stades précurseurs du cancer peuvent être décelés. Cependant, les stades précurseurs du cancer peuvent parfois également passer inaperçus.

  • Qu'est-ce qu'un test HPV?

    Un test HPV décèle l’ADN des types HPV à haut risque qui peuvent déclencher un cancer. Étant donné que le cancer du col de l’utérus est pratiquement uniquement déclenché par le HPV, ton gynécologue reçoit une information importante afin de pouvoir évaluer ton risque de cancer du col de l’utérus.

  • Quelle est la différence entre le test Pap et le test HPV?

    Le test Pap examine si des altérations cellulaires pathogènes sont présentes, susceptibles d’entraîner des stades précurseurs du cancer. Le test HPV examine si l’ADN du HPV est présent, c.-à-d. si une infection au HPV existe. Ce faisant, une attention particulière est accordée aux types à haut risque de HPV de type 16 et HPV de type 18. Étant donné que le cancer du col de l’utérus est pratiquement causé exclusivement par le HPV, ton gynécologue reçoit une information importante afin de pouvoir évaluer ton risque de cancer du col de l’utérus et si nécessaire, effectuer d’autres tests.

  • Pour qui un frottis (test PAP) ou test PVH est-il recommandé?

    La plupart du temps, le test HPV est recommandé aux femmes à partir de l’âge de 30 à 35 ans car une infection à HPV aiguë, donc récente, donne peu d’indices sur le risque de contracter un cancer. Il faut élucider avec le gynécologue quel est le test de dépistage le plus utile dans chaque cas individuel.

    Important: Des examens de dépistage réguliers chez le gynécologue pour le dépistage précoce du cancer chez les femmes sont nécessaires malgré la vaccination HPV.

  • Dois-je aller au dépistage du cancer, même si je suis également vaccinée contre le HPV?

    Oui. La vaccination HPV peut offrir une bonne protection contre les types de HPV les plus fréquents, cependant pas contre tous. Concernant la prévention du cancer du col de l’utérus, il est important de tenir compte du fait que la vaccination ne remplace pas l’examen de dépistage du cancer! Par conséquent, l’Office fédéral de la santé publique recommande que les femmes fassent régulièrement des examens de dépistage du cancer du col de l’utérus, également après une vaccination.

  • Si je suis atteinte de HPV, cela veut-il dire que je vais attraper le cancer du col de l'utérus?

    Non, toute infection à HPV ne déclenche pas le cancer. La plupart des infections (90%) sont combattues effectivement par notre système immunitaire et guérissent spontanément sans que la personne concernée ne s’en aperçoive. Mais dans 10% des cas, le système immunitaire ne parvient pas à éliminer l’infection à HPV. Dans ce cas, l’infection peut entraîner des stades précurseurs du cancer, voire même le cancer.

Curieux/Curieuse? Tu peux te protéger contre une contamination par le HPV.

Blog

Tu cherches un conseil? Trouve un médecin près de chez toi!

Zum Ärztefinder

Voter maintenant

J’ai trouvé les informations importantes à mes yeux.
Merci de patienter...

Bitte benutzen Sie einen moderneren Browser